FANDOM


Omar Devaux est né  le 17 Septembre 1882 à Saint Sauveur dans L’Oise.====

Profession : CultivateurEdit

Service militaire du 15 novembre 10904 au mois de septembre 1906 au 54e Régiment d’infanterie de Compiègne Soldat de 2e classe

Il a 32 ans quand la guerre éclate et il est papa de deux petites fillesEdit

Il est mobilisé le 13 août 1914 au 361e Régiment d'infanterie, 18e Cie. Il part au front le 7 septembre. Son épouse, Marie, lui rend visite à Reims à vélo(114km) ou son régiment stationne, sans doute fin août. Elle relate son expédition dans une lettre datée du 19 septembre. Sur la route du retour, elle tombe de vélo en croisant des soldats anglais après Soissons,: « ...j'ai ramassé une belle bûche devant un tas d'Anglais, ils sont bien gentils, ils ont ramassé mon vélo, mon sac et raccroché mon filet qui était défait. ». Elle croise, aussi, pour la première fois des Allemands qu'elle appelle encore des Prussiens, près de Pierrefonds voici ce qu'elle écrit!: « ... nous en croisons une quinzaine, nos premiers vus de tout près, quelles mauvaises figures ils faisaient...».A Saint-Sauveur, les Allemands arrivent le 1er septembre « ...les Pruscos...ont tout pillé, volé, saccagé surtout dans les maisons fermées... »et ils s'installent pour la nuit dans la ferme d'Omer. Marie écrit: « ...nous n'avons pas à nous plaindre sauf pour l'avoine et le foin...la basse cour, la cour, l'étable l'écurie étaient plein de chevaux et et de Pruscos... ». Les 11-12 septembre les Allemands sont chassés du sud de l'Oise. Marie écrit toujours: «...on a été content quant on a vu la première culotte rouge. » 

Letter from his daughter

Letter from his daughter 1915

Le 22 septembre, Omer est blessé. Il

est envoyé en Bretagne en convalescence et il poste une lettre de Guingamp le 29 octobre. Il retourne en première ligne le 22 novembre.

Il envoie une grande lettre le 21 septembre 1915 ou il fait part de son cafard et de son dégoût. « ..je suis bien remis, le cafard se dissipe »...«… on se dégoute tous les jours, il faut vraiment y être obligé pour rester.. »

En 1916, le 12 février, Il est fait prisonnier, après un bombardement violent lors d'un assaut allemand, à Sainte-Marie à Py près de Suippes dans la Marne.

Omar as a prisoner in Germany

Omar with other German prisoners

Le 14, Marie reçoit une lettre, de

Joachim Fauvel, soldat du même régiment qui tient à la rassurer  « ...votre époux est prisonnier, car les boches se sont amenés sous un bombardement très violent  et ont fait deux compagnies prisonnières...vous pouvez avoir toute confiance...aucune trace de sang n'a été versé dans les gourbis...il est maintenant en toute sécurité et il n'entend plus le canon. La guerre est terminée pour eux. ». A la lecture de ces mots, on ressent du soulagement. Quelques jours plus tard, un courrier officiel, confirme la nouvelle, Omer est prisonnier à Wahn et à Limbourg en Allemagne, il y restera jusqu'en 1918. Nous possédons plusieurs lettres dont une porte les traces de la censure allemande au moment où Omer parle du dernier colis qu'il a reçu. Se plaint-il? Les geôliers ont-ils pris une partie des victuailles?


Letter to his parents 1918

Letter to his mother 1918

                                                                     Omer Devaux est rapatrié le 9 décembre 1918 et démobilisé le 10 mars 1919.